attends. Quoi , que fautil que j'attende, dit l'ouvrier avec impatience, En même temps, un paquettomba à ses pieds. Qu'estce que cela . demanda l'ouvrier. Tout ce qu'il y a à toi ici. Comment , tout ce qu'il y a à moi ici. Oui, tu peux aller coucher oùtu voudras . doudoune lacoste homme je n'ai pas envie que ma maison me tombe sur la tête, L'ouvrier, furieux, prit un pavé et le jeta dans la porte, Attends, dit le logeur, jevais réveiller tes compagnons, et nous allons voir. L'ouvrier comprit qu'il n'avait rien de bon à attendre, Il se retira, et, ayant trouvé une porte ouverteà cent pas de là, il entra et se coucha sous un hangar. Sous ce hangar, il y avait de la paille, il se coucha sur cette paille et s'endormit. IX LESTOMBEAUX DE SAINTDENIS. 88 Page 92 Les mille et un fantomes A minuit moins un quart, il lui sembla que quelqu'un lui touchait sur l'épaule, Il seréveilla, et vit devant lui une forme blanche ayant l'aspect d'une femme, et qui lui faisait signe de le suivre, Il crut que c'était une de ces malheureusesqui ont toujours un gîte et du plaisir à offrir à qui peut payer le gîte et le plaisir . et, comme il avait de l'argent, comme il préférait passer la nuit àcouvert et couché dans un lit, à la passer dans un hangar et couché sur la paille, il se leva et suivit la femme, La femme longea un instant les maisons ducôté gauche de la GrandeRue, puis elle traversa la rue, prit une ruelle à droite, faisant toujours signe à l'ouvrier de la suivre, Celuici, habitué à ce manège nocturne, connaissant par expérience les ruelles où se logent ordinairement les femmes du genre de celle qu'il suivait, ne fit aucune difficulté ets'engagea dans la ruelle, La ruelle aboutissait aux champs . il crut que cette femme habitait une maison isolée, et la suivit encore, Au bout de cent pas,ils traversèrent une brèche, mais, tout à coup, ayant levé les yeux, il aperçut devant lui la vieille abbaye de Saint Denis, avec son clocher gigantesque etses fenêtres légèrement teintées par le feu intérieur, près duquel veillait le gardien. survetement lacoste pas cher pour homme, Il chercha des yeux la femme, elle avait disparu. Il était dans lecimetière, Il voulut repasser par la brèche, Mais sur cette brèche, sombre, menaçant, le bras tendu vers lai, il lui sembla voir le spectre de Henri IV. Lespectre fit un pas en avant, et l'ouvrier un pas en arrière, Au quatrième ou cinquième pas, la terre manqua sous ses pieds, et il tomba à la renverse dansla fosse, Alors, il lui sembla voir se dresser autour de lui tous ces rois, prédécesseurs et descendants de Henri IV . alors, il lui sembla qu'ils levaientsur lui les uns leurs sceptres, les autres leurs mains de justice, en criant malheur au sacrilège, Alors, il lui sembla qu'au contact de ces mains dejustice et de ces sceptres pesants comme du plomb, brûlants comme du feu, il sentait l'un après l'autre ses membres brisés. C'est en ce moment que minuitsonnait et que la gardien entendait les plaintes. IX LES TOMBEAUX DE SAINTDENIS. 89 Page 93 Les mille et un fantomes Je fis ce que je pus pourrassurer ce malheureux .